trotinet

40 billets

Aucun abonné

Billet

Publié le 10 avril 2017 à 08:52

blog-post-featured-image

Gabriel Josipovici - "Goldberg : Variations"

Aria

20170404 - Varie avec Goldberg


Ouverture

Gabriel Josipovici, je le lis lentement :

« Le cœur humain ne peux qu’induire en erreur si nous ne lui prêtons pas suffisamment d’attention. Mais la logique induit toujours en erreur parce qu’elle ne cesse de simplifier ce qui est complexe. »


Canon

Quand Gabriel Josipovici écrit sur l’angoisse et le moment, je pose le livre, ne bouge pas, ne pense plus, ne referme même pas la bouche… Un peu comme un arrêt sur image… non, c’est le temps lui-même qui s’arrête…


Fugue

Légère frustration, pointe d’agacement, perplexité soucieuse… Des variations sublimes mais pas toutes… Et l’ensemble ? Que dire-penser du tout ? Un livre ou trente ? Non, trente + un… mais quel est ce un ? Gros point d’interrogation, tension car recherche de sens, de compréhension face à cette sensation de « OUI ! mais ? » Absence de lâcher-prise ?


Choral

Rencontre avec Gabriel Josipovici en Charybde. Tout y est :

Gabriel Josipovici, talentueux, change de forme à chaque livre et ici, à chaque variation.
Les livres de Gabriel Josipovici si insaisissables, du moins une fois refermés.
Son érudition « romancée »…

Écoutez :

 

Fugue

Serait-ce cela « Goldberg : Variations »

« Vous n’écoutez pas ce que je dis. Vous êtes trop occupés à m’observer passer de l’autre côté, un bras levé pour saluer. Et c’est ainsi que cela doit être, car ce que je dis n’a pas de signification, on ne peut même pas dire que je le dis, seulement que je forme les mots des autres avec ma bouche, et ce que vous avez entendu, vous ne l’avez pas vraiment entendu, ce que vous avez vu, vous ne l’avez pas vraiment vu. Et pourtant me voici, en route, bras levé pour saluer, et puis je ne suis plus. »

Goldberg-variations


Quodlibet

Elle n’a pas encore pu entièrement lâcher-prise, reste avec cette phrase en tête :

« Pour être intéressé, il faut avoir l’impression que ce dont il est question est authentique. Il faut avoir l’impression que ce qui est en jeu dépasse le récit talentueux de trente anecdotes. Il faut avoir l’impression que chacune est valide par elle-même et pourtant que le tout sera davantage que la somme des parties. »

Elle n’est pas sûre et pourtant, sent que l’auteur a bien atteint son but, que le tout est davantage que la somme des parties. Ne peut juste pas se l’expliquer en mots, se sent un peu bête et en même temps, sourit.

Elle feuillète le livre, relit des extraits, s’émerveille à nouveau. Accepte la démangeaison. Le tout la gratte, la chatouille, oui. Ne sait pas pourquoi. Faut-il toujours comprendre ?

« Qui suis-je ? Et il se rendit compte, fugitivement, qu’il n’y avait pas de réponses à de telles questions, que le problème existait parce qu’il imaginait qu’il y en avait un, et durant un bref instant il comprit ce que c’était de sentir que ça n’avait pas d’importance. »

Gabriel Josipovici, « Goldberg : Variations », traduit de l’anglais par Bernard Hœpffner, Quidam Editeur, 2014.

https://emplumeor.wordpress.com/2017/04/09/gabriel-josipovici-goldberg-variations/

Enregistrer

Description du blog

Ce blog ne contient pas de description et l'auteur n'a rien écrit a son sujet.