Médiathèque de Meudon

29 billets

Aucun abonné

Billet

Publié le 18 avril 2017 à 09:16

blog-post-featured-image

Ma mère était une très belle femme

Vivre en Afrique du Sud sous l'apartheid - un témoignage en BD

Illustratrice free-lance, Karlien raconte dans un carnet de croquis son enfance en Afrique du Sud ainsi que l'histoire de sa mère, décidée à envoyer son texte à l'université de Pretoria et de candidater pour un master en design. Ce texte sera ensuite adapté en bande dessinée.

Bien que située dans la grande Histoire de l'Afrique Sud des années 1975-2002, la bande dessinée reste avant tout le récit personnel de l'auteure et de sa famille afrikaner vivant au Cap à l'heure de l'apartheid.

Avec sa petite sœur Natalie et ses parents, la narratrice vit dans des conditions aisées, avec des domestiques noirs qui s'occupent de la maison. La mère, ancienne mannequin, belle, sportive, à l'esprit libre, élève les enfants à sa façon, leur façonnant seule des vêtements, pendant que son mari, d'abord ingénieur dans le secteur des surgelés, devient l'un des concepteurs des blindés utilisés pour la guerre contre l'Angola. Les filles sont plus proches de leur mère, présente à la maison, que du père, plutôt introverti et assez conformiste.

Comme dans la plupart des familles, les conflits ne manquent pas, la relation entre les parents devient tendue et se termine par le divorce tandis que pour les filles, ce sera le début des problèmes, elles devront mûrir très vite et s'adapter à une nouvelle vie suite au déménagement, au travail de leur mère, à l'école. Sans vraiment comprendre (et sans recevoir de réponses des adultes), elles affrontent l'apartheid propagé partout au pays, la propagande visant les Noirs de l'école catholique qu'elles fréquentent et la violence des townships. Ce sont de très mauvais souvenirs, Natalie se rebelle alors refusant d'avoir peur.

Tout le texte est un cri d'amour envers les parents, surtout envers la mère, les secrets et tabous ayant empêché la famille d'avoir des relations saines et les enfants d'être heureuses.

Karlien ressentant le besoin de tourner la page, de se réconcilier avec le passé, va à la rencontre de sa sœur qui, malheureusement, suite à un mariage raté, se réfugie dans la drogue, et de son père qui, malgré l'âge plus avancé, ne trouve pas de mots pour justifier son attitude.

Le livre est complété par un dossier documentaire qui permet de comprendre les choix de l'auteure et de comparer le dessin aux photos de famille fournies par Karlien.

Une BD dépaysante par son côté historique et universelle à la fois.

Merci aux éditions Ça et là pour ce texte enrichissant.

Bogusia

2 commentaires

  • Evlyne

    Evlyne

    Le 22 avr. à 10:50

    Merci pour cette chronique très éclairante . Voici une belle bande dessinée qui dévoile l'envers d'une décor bien conformiste.

  • NickCarraway
    Le 22 avr. à 16:47

    Il va me falloir le lire ! J'écume le catalogue comportant pour l'instant 130 titres chez çà et là... et je me régale. Encore une BD qui m'a tapé dans l’œil, merci Bogusia.

Description du blog

Ce blog ne contient pas de description et l'auteur n'a rien écrit a son sujet.