2/5

5 avis

You cannot be serious, man

Karsenti, Jérôme. Auteur

Edité par Rue des Promenades. [Paris] - 2012-05-10

Langue : français

ISBN : 978-2-918804-38-3

Description physique : 1 vol. (121 p.). ill., couv. ill. en coul.. 17,0 cm x 11,0 cm x 0,9 cm


Rebecca, obsédée par les frites, et John John, instable, résident à la Sama, asile pour champions à la retraite. Confits dans leurs obsessions, ils vont leur chemin dans un grand n'importe quoi, leur normalité. Au fil des pages, gare à la contamination. On pourrait bien finir par remplir le petit coupon-réponse, afin d'être informé du prochain emplacement de la baraque à frites qu'ils installent sur les courts de tennis.

Suggestions

Du même auteur

pupilles de fourmis | Karsenti, Jerome

pupilles de fourmis

Livre | Karsenti, Jerome | Rue des promenades | 2010-06-29

Les images fortes de ce recueil de poésie sont peu conformes aux canons des voyages vendus tout compris. Tableaux intérieurs, traces psychiques d´un instant insolite ou d´une intimité surprise, elles viennent de Chengdu, de Vâr...

Pupilles de fourmis | Karsenti, Jérôme (1969-....). Auteur

Pupilles de fourmis

Livre | Karsenti, Jérôme (1969-....). Auteur | Rue des Promenades. [Paris] | 2011-05-12

Un type passe avec sa nuit personnelle sous le bras. La pluie cesse. Un homme marche le bras dans le dos, remplaçant sa vertèbre manquante. Les images fortes de Pupilles de fourmis sont peu conformes aux canons des voyages vendus ...

you cannot be serious, man | Karsenti, Jerome

you cannot be serious, man

Livre | Karsenti, Jerome | Rue des promenades | 2011-06-25

Rebecca, obsédée par les frites, et John John, fan de tennis à la psyché instable, résident à la Sama, immeuble reconverti en asile pour champions à la retraite. Confits dans leurs obsessions, ils vont leur chemin dans un grand n'...

Avis des lecteurs

  • 1/5

    Voilà une étrange partie de ping-pong (non, pardon, de tennis!) entre Rebecca et son John-John (Mac Enroe?) de mari, entre les lignes et les dessins, entre le lecteur et l'auteur . Tout ce qu'on sait, c'est que Rebecca tient une baraque à frites et qu'elle empeste l'atmosphère de l'odeur d'huile chaude, que John-John aime Rebecca et gagner des tournois. Après...c'est difficile à dire, car il y a de l'absurde, de l'inepte, du jeu langagier dans ce livre dans lequel je ne suis pas une seconde entrée et que j'ai même fini par quitter vu la brièveté de la vie et la rapidité du temps qui passe et vu la hauteur de ma PAL en ce moment. Dommage mais je déclare forfait ! Merci à Libfly, à la Voie des Indés et aux éditions Rue des Promenades. Hebelín

    par hebelin Le 18 janvier 2016 à 15:46
  • 2/5

    Ce livre a été lu dans le cadre de La Voie des indés #1 Après avoir lu le résumé, on peut s’attendre à de la littérature de l’absurde. Mais c’est au delà, les personnages sont véritablement fous et leurs dialogues sans aucun sens. L’auteur a choisi de rendre la folie des personnages sur le fonds mais aussi sur la forme. Il en ressort un livre assez hermétique dans lequel on peine à rentrer vraiment. Et ce malgré une certaine facilité de lecture. Les dialogues se lisent très vite et les propos rebondissent l’un sur l’autre, non sans une certaine poésie parfois. L’ensemble est très original et les illustrations, souvent aussi étranges que le reste, font de ce livre un bel objet. Lu dans le cadre de La Voie des indés 2012

    par billard59 Le 03 janvier 2015 à 11:07
  • 5/5

    Déboussolant sans doute, rafraîchissant surtout! Quand on entre dans un livre, on a toujours une forme d’attente, fût-elle vague. Et pourtant rien ne me semble préparer à celui-ci! En fait de réponses aux attentes que j’aurais pu avoir (un roman sur le tennis, Rolland Garros, McEnroe à qui la phrase-titre est empruntée, etc.), je suis allé de surprise en surprise. Un livre pour moi totalement inouï. Inouï par son incroyable invention verbale, inouï par l’étrangeté de l’histoire, inouï par son côté totalement inclassable dans aucun des genres consacrés par l’édition actuelle. Bref, après une lecture tout en lifts slicés, rebonds et services-volée, je me demande ce que l’auteur peut mijoter d’autre – et surtout à quelle sauce manger ses frittes. Il en faudra vraisemblablement une qui ne manque ni de piquant ni d’humour.

    par slavenw Le 07 janvier 2013 à 23:19
  • 2/5

    Ce livre a été lu dans le cadre de La Voie des indés #1 Après avoir lu le résumé, on peut s’attendre à de la littérature de l’absurde. Mais c’est au delà, les personnages sont véritablement fous et leurs dialogues sans aucun sens. L’auteur a choisi de rendre la folie des personnages sur le fonds mais aussi sur la forme. Il en ressort un livre assez hermétique dans lequel on peine à rentrer vraiment. Et ce malgré une certaine facilité de lecture. Les dialogues se lisent très vite et les propos rebondissent l’un sur l’autre, non sans une certaine poésie parfois. L’ensemble est très original et les illustrations, souvent aussi étranges que le reste, font de ce livre un bel objet.

    par BeetleJuice Le 19 octobre 2012 à 11:36
  • 2/5

    J’ai lu ce livre dans le cadre de La voie des indés #1. Rebecca et John John MacEnroe forment un couple on ne peut plus atypique et très étrange. Elle est fascinée et spécialiste hors normes des frites et lui est fan de tennis. Ensemble ils combinent leurs deux passions en ouvrant une baraque à frites à Roland Garros. C’est à peu près tout ce que je peux raconter sur ce livre tant il est tout à fait singulier et m’a laissée totalement perplexe. Non pas que les phrases ou le vocabulaire soient alambiqués, mais les personnages sont tellement fous et enfermés dans leur petit monde que je n’ai su y entrer !

    par Bibeli Le 09 octobre 2012 à 12:39
Chargement des enrichissements...