3/5

3 avis

Spéracurel

Dubosc, Anna (1974-....). Auteur

Edité par Rue des Promenades. [Paris] - 2010-05-01

Langue : français

ISBN : 978-2-918804-08-6

Description physique : 1 vol. (122 p.). couv. ill.. 17,0 cm x 11,0 cm x 0,9 cm


Spéracurel est un recueil d'instants d'une vie : Des ballades dans Paris, à travers l'enfance, les découvertes, l'apprentissage de la mort, les relations familiales, amicales, amoureuses. Des scènes où l'ordinaire bascule dans l'insolite, l'instant défie le temps, le commun confine au spéracurel. « J'ai trouvé un appartement à Bonne Nouvelle. Je n'ai rien écrit pendant des mois. J'étais désespérée. Il n'y a qu'une chose qui m'apaisait. Quand j'allais faire mes courses rue du Faubourg-Saint-Denis, je sentais la foule tout autour de moi et j'étais bien, en paix. »

Suggestions

Du même auteur

Spéracurel | Dubosc, Anna

Spéracurel

Livre | Dubosc, Anna | Rue des promenades | 2009-12-21

« Mais viens Kumi, on va dans la chambre. » Et au boulot ! Elles s'éclatent, elles me vident toutes les étagères. Je suis accablée. Je range deux, trois trucs en douce. « Touche pas ! Tsss ! Brutale Conformiste ! » Je me carapate ...

la fille derrière le comptoir | Dubosc, Anna

la fille derrière le comptoir

Livre | Dubosc, Anna | Rue des promenades | 2011-09-21

Sofia, Chloé, David, travaillent « Chez Ben », snack de quartier. Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille. Cette paisible rumeur-là vient de la ville. Cet emprunt à Paul Verlaine incarcéré dit bien ce que ressent l...

˜La œfille derrière le comptoir | Dubosc, Anna (1974-....). Auteur

˜La œfille derrière le comptoir

Livre | Dubosc, Anna (1974-....). Auteur | Rue des Promenades. [Paris] | 2012-05-10

Qui est-elle, Sofia, la fille derrière le comptoir ? Avec Chloé et David, elle travaille « Chez Ben », snack de quartier. Et puis elle a un mari, elle voudrait un enfant. Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille. Ce...

Avis des lecteurs

  • 4/5

    Une écriture fluide et légère nous parlant du quotidien, des rires et du vague à l'âme dans une randonnée de mots. Au grès des villes, des langues et des ages, Anna Dubosc parle de la substance de nos vies, de cet interstice immense trop souvent absent de la littérature.

    par lutinielle Le 29 janvier 2016 à 10:14
  • 3/5

    Avant de commencer la chronique je tiens à remercier BoB et les éditions Rue des Promenades pour ce partenariat. Anna Dubosc nous livre ici non pas un roman mais une succession de souvenirs, des récents comme des anciens, des beaux comme des tristes. Alors, autant vous le dire immédiatement. J'ai dévoré l'ouvrage en une heure de temps. J'ai trouvé l'écriture de l'auteure tellement fraîche et belle, que j'ai été emporté dans ses souvenirs à s'imaginer être à ses côtés et les vivre avec elle. En quelques mots, simples, elle vous décrit un objet, une situation, un personnage, et c'est un vrai plaisir de lire les pages de son histoire. L'idée de cette suite de souvenirs n'est pas aussi facile que cela à mettre en place, à attirer le lecteur et à le garder, et l'auteure a trouvé le bon ton, les bons mots, les bons souvenirs, pour que du début à la fin, on ne s'ennuie pas. J'ai beaucoup aimé lire ce trop petit tome, et j'espère qu'elle nous fera découvrir d'autres oeuvres car elle a une manière très belle de nous faire vivre des choses très personnelles, et intimes, et ce, sans longueur fastidieuse ni lourdeur. Je recommande ce petit ouvrage pour sa grande fraîcheur et la jolie écriture de l'auteure. Le Rat est mort, vive le Rat

    par Skritt Le 13 avril 2011 à 18:53
  • 2/5

    J’aurais aimé dire que ce livre m’a fait passer un bon moment ou qu'il m'a plu. Oui, j’aurais aimé car il s’agit d’une nouvelle maison d’édition et que ce livre est également le premier pour l’auteur. A la troisième page, je me suis arrêtée pour chercher la définition du mot « queblo »… Eh oui, je ne suis pas passée au langage verlan. Amis du langage châtié, pas de panique, il s’agit du seul mot utilisé. Ce livre est constitué d’une multitude de petits chapitres de quelques pages. Ces derniers correspondent à des éléments la vie d’Anna. Présent, passé , enfance, présent porche..… oui, mais il m’a fallu interrompre de retour ma lecture au 4ème chapitre car j’étais perdue. Dans ce cas, un seul recours : la quatrième de couverture ! Mais celle ne comporte qu’nu extrait du livre. En poursuivant ma lecture, j’ai enfin compris de quoi il en retournait. Hélas, je n’ai pas trouvé de fil conducteur dans les pièces de ce puzzle. Anna nous parle de sa mère, de sa fille, de son ex, de sa sœur jumelle entre autre mais tout m’a semblé embrouillé. L‘écriture est le langage de la vie quotidienne. Mais, j’ai eu l’impression que l’auteur en faisait de trop. A vouloir coller au mieux à une réalité, elle est fardée exagérément. Et ça se ressent dans les mots employés, dans les dialogues… La lectrice que je suis est restée sur le bas côté. Des « flashs » de la vie d’une jeune femme qui m’ont parus très confus. Et, je suis complètement passée à côté de ce livre… Je n’ai pas compris ce qu’Anna voulait me dire. A noter, le format du livre et la couverture cartonnée très sympa ! http://fibromaman.blogspot.com/

    par clarac Le 27 juillet 2010 à 15:33
Chargement des enrichissements...