1/5

2 avis

˜La œplus belle fille du monde

Desarthe, Agnès (1966-....). Auteur

Edité par l'École des loisirs. Paris - 2009-10-29

Langue : français

Collection : Médium (Paris. 1986) ; Médium

ISBN : 978-2-211-09647-8

Description physique : 1 vol. (162 p.). 19,0 cm x 12,5 cm x 1,4 cm


" Les enfants, je vous présente, Liouba Gogol ", a dit M. Dubeuf au moment où elle pénétrait dans la salle. Personne n'a ri. C'était comme si une averse de neige s'était soudain abattue sur la salle. J'ai pensé à toutes les fois où j'avais traité Djézone de gogol et j'ai eu honte. Je n'étais pas la seule. Nous étions collectivement victimes d'un retournement de sens. À partir de cette seconde, gogol ne voulait plus dire débile, ça voulait dire un mètre soixante-dix, un visage en triangle, des joues roses, des yeux verts, un chignon blond à moitié défait, une bouche très rouge et de longues mains de pianiste. " Dès l'instant où la plus belle fille du monde débarque dans sa classe, Sandra, la narratrice de cette histoire, sait que plus rien ne sera comme avant...

Suggestions

Du même auteur

Je ne t'aime pas, Paulus | Desarthe, Agnès (1966-....). Auteur

Je ne t'aime pas, Paulus

Livre | Desarthe, Agnès (1966-....). Auteur | l'École des loisirs. Paris | 1991-10-01

˜Les œpeurs de Conception | Desarthe, Agnès (1966-....). Auteur

˜Les œpeurs de Conception

Livre | Desarthe, Agnès (1966-....). Auteur | l'École des loisirs. Paris | 1992-04-22

˜Les œpeurs de Conception | Desarthe, Agnès (1966-....). Auteur

˜Les œpeurs de Conception

Livre | Desarthe, Agnès (1966-....). Auteur | l'École des loisirs. Paris | 1993-04-22

La couverture remontée jusqu'au nez, conception pense aux mensonges qu'elle raconte à m. Mouche, son psychanalyste, depuis un an. des mensonges, parce que la vérité, si elle est formulée au grand jour, s'autodétruit, pulvérisée p...

Avis des lecteurs

  • 2/5

    Pour ados de 12 à 16 ans….. Un livre trouvé par hasard, au gré de mes errances en médiathèques. Je ne connais pas l’auteur, hormis le fait qu’elle ait pour belle-sœur une chanteuse lyrique que j’apprécie beaucoup. Je ne lis pas d’ouvrages destinés à la jeunesse ; je ne me sens pas concernée, et j’ai déjà tant à faire avec ceux pour adultes….Mais bon, tentons l’aventure !!! Je me suis sentie bien éloignée des préoccupations de cette jeune fille, Sandra, élève douée, et de ses trois amis. La plus belle fille du monde…..on en parle bien peu dans ce roman. Elle arrive dans la classe….et insidieusement va bousculer les idées reçues. Elle s’appelle Gogol….un nom, qui quand on est ado, peut faire sourire, et rire aussi. Ceci étant dit, l’écriture est simple, le style alerte. Ce livre se lit facilement et rapidement. C’est une bonne transition entre deux bons vrais livres ….mais rien de plus. La littérature ado, n’est pas pour moi ; je crois d’ailleurs me souvenir que je n’en lisais même pas quand j’en avais l’âge !!! http://leblogdemimipinson.blogspot.com/

    par mimipinson Le 15 janvier 2012 à 06:02
  • 1/5

    La plus belle fille du monde vient de faire son entrée dans la classe de Sandra, quatorze ans, élève de seconde au lycée. Liouba Gogol est éblouissante de beauté, d'intelligence, de simplicité et de gentillesse. Son charisme est dévastateur, la petite bande que forme Sandra et ses amis (deux filles, un garçon) risque de ne pas résister à ce grand bouleversement. Mais en fait, au début, tout semble paisible... Liouba n'est pas une insupportable peste, le danger vient peut-être de là, elle a tout pour elle et elle est irrésistible. Sandra et ses amis n'osent pas reconnaître que cette nouvelle élève leur pose un problème, ou si, ils l'avouent en pointillés, et bien maladroitement. Pire ils se chamaillent bêtement et se lancent des propos vexants. Résultat, le groupe fait bande à part, avec haute trahison puisque l'un d'eux se lie d'amitié avec Liouba et, clash final, Sandra tombe malade et s'absente pendant trois jours. Elle vit mal ce champ libre imposé, c'est une défaite, elle sent que ses amis vont l'abandonner un par un et que Liouba Gogol va creuser son trou dans leur bande. Quel est le problème, après tout ? Il faut remonter aux origines de cette amitié pour comprendre les liens sacrés qui les unissent... mais ce qui est sacré ne signifie pas être exclusif non plus. Avant d'en arriver à une conclusion joyeuse et réconfortante, Sandra - la narratrice de cette histoire - nous emmène dans une haute considération à moitié philosophique sur ce qu'est l'adolescence, l'amitié, les études, l'absence du père, l'écriture aussi. Car Sandra a choisi d'ouvrir son histoire comme un roman en pleine éclosion. La demoiselle rêve d'être écrivain, elle ne connaît ni les règles ni les tournures, et elle s'en moque un peu, aussi nous propose-t-elle un livre ouvert à toutes ses considérations, ses pensées, sa façon d'élaborer son récit, ses digressions (nombreuses !) et son histoire avec la plus belle fille du monde prend peu à peu une forme plaisante et jubilatoire. Agnès Desarthe est un auteur qui m'enchante, et j'aime particulièrement ses écrits pour la jeunesse. Ce titre ne fait pas exception à la règle, et j'imagine qu'il trouvera écho chez les jeunes de 13 ans et plus.

    par Clarabel Le 12 décembre 2009 à 10:25
Chargement des enrichissements...