4/5

18 avis

terrienne

Mourlevat, Jean-Claude

Edité par Gallimard-jeunesse - 2011-01-20

Langue : français

ISBN : 9782075018487


Tout commence sur une route de campagne... Après avoir reçu un message de sa soeur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et... passe de «l'autre côté». Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d'humanité, mais où elle

Suggestions

Du même auteur

˜La œbalafre | Mourlevat, Jean-Claude. Auteur

˜La œbalafre

Livre | Mourlevat, Jean-Claude. Auteur | Pocket jeunesse. Paris | 1998-11-19

A comme voleur | Mourlevat, Jean-Claude. Auteur

A comme voleur

Livre | Mourlevat, Jean-Claude. Auteur | Pocket jeunesse. Paris | 1998-05-27

Balafre | Mourlevat, Jean-Claude

Balafre

Livre | Mourlevat, Jean-Claude | Pocket | 1998-11-18

Avis des lecteurs

  • 5/5

    Après l'avoir terminé, on ne respire plus de la même manière et on voit notre Monde différemment, les chose mêmes les plus insignifiantes prennent de l'importance. Deux univers : une terrienne dans un monde inconnu qui ne nous semble cependant pas absurde, chose que je redoute avec les oeuvres abordant des mondes imaginés de toutes pièces. Captivant du début à la fin. Je le recommande.

    par bookworm02 Le 21 novembre 2012 à 16:23
  • 4/5

    J'ai pu lire ce livre car je l'ai trouvé à la médiathèque. Je l'avais en ebook, mais j'ai un mal fou à lire sur mon ordinateur, donc j'ai sauté sur l'occasion de pouvoir l'emprunter. Si vous m'avez suivi sur facebook, vous savez que j'ai eu un mal fou à le lire. Non pas que c'est un mauvais livre, bien au contraire, mais plutôt par manque de temps. Ce roman nous raconte l'histoire d'Anne qui se met à la recherche de sa soeur disparut depuis un an, après son mariage. L'enquête de police n'ayant absolument rien révélé, aucune trace du mari, aucune trace d'enlèvement, de disparition, Anne se retrouve seule dans cette aventure, ne sachant où chercher. La seule piste que la jeune fille a, vient d'un appel radio dans lequel elle a reconnu la voix de sa soeur. J'ai vraiment beaucoup apprécié l'histoire, je l'ai trouvé originale et vraiment bien écrite, on est rentre dans ce monde qu'on ne connait pas avec plein d'interrogations auxquelles on réussi à trouver les réponses au fil du roman. Le contexte est vraiment bien trouvé. On y rencontre des personnes très gentilles alors que normalement, ils ne devraient jamais rendre service aux Terriens. On s'attache beaucoup aux personnages. Tout d'abord, celui d'Anne, évidemment, qui fait tout son possible pour retrouver sa soeur, mais aussi M. Virgil qui va tout de même lui être d'une grande aide, et puis Mme Stormiwell et son mari, et enfin, et surtout Ashelbi. Ils vont tous jouer un rôle très important dans la recherche et ce sont des personnes qui nous touchent beaucoup et qui prennent des risques pour aider la jeune fille à retrouver sa soeur. L'écriture est vraiment bien, le vocabulaire est adapté au public que l'auteur vise. Malgré le fait que j'ai eu du mal à lire ce livre à cause d'un manque de temps, je n'ai pas trouvé qu'il y avait des passages vides, aucune longueur. Ce roman est divisé en 3 parties, chaque étape a sa partie. Et chaque partie est divisée en plusieurs chapitres. On a pas toujours le même point de vue. La plupart du temps, la narration est faite à la première personne, c'est Anne qui raconte, pour le reste, il est écrit à la troisième personne et on peut y découvrir les ressentis de chaque personnage, ces derniers ont minimum un chapitre à eux seuls. En conclusion, j'ai trouvé ce livre vraiment intéressant, ce n'est pas un coup de coeur, mais ça aurait pu l'être, malheureusement, je n'ai pu l'apprécier comme j'aurai voulu, mais cela reste un très bon roman que je conseillerai sans problème. Instant-litteraire

    par Instantlitteraire Le 21 juin 2012 à 08:02
  • 5/5

    Tout d’abord je vais parler de la couverture de ce bouquin, parce que je trouve que ça représente EXACTEMENT l’histoire, je ne saurais pas expliqué pour ça, mais quand je vois l’image et que je repense à l’histoire je me dis “ouais c’est ça”, et même avant de le lire j’imaginais l’autre monde où Anne va se retrouver. Et du coup on a une idée de Anne. Bref maintenant que j’ai déliré sur cette magnifique couverture (et pourtant très simple), il faut que je vous fasses part de mon avis sur le livre lui-même. Le monde que découvre Anne m’a paru terrifiant, non parce qu’il faisait peur, mais parce qu’il était fade, ennuyeux, peur des microbes, peur de la nourriture, peur de tout, de vivre et pire de respirer. Et quand on voit que de nos jours il faudrait presque mettre les enfants dans des bulles “parce que tu comprends faudrait pas qu’il tombe malade”, ben je dis qu’on y est finalment ou qu’on y sera. Donc dans ce monde les gens ne respirent pas, et du coup moi j’ai appris à respirer (c’est toujours très bizarre de se sentir respirer, et plus d’une fois je me suis surprise au milieu du bouquin à être en apnée). Anne va se faire de précieux alliés, des personnages que j’ai adoré vraiment, qui ont quelque chose de touchant à leur façon, et sans eux je pense que sa quête n’aurait pas durer bien longtemps. L’auteur réussit à nous surprendre et fait des choses auxquels on ne s’attend pas (et peut-être même auxquels il ne s’attendait pas lui-même) et j’en ai eu le souffle coupé (ça parle beaucoup de respiration hein ?) J’ai beaucoup apprécié Anne, Bran, Virgil et les autres dont j’ai oublié les noms parce qu’ils étaient trop bizarre (comme la femme de l’hôtel, ou le meilleur ami de Bran). J’ai pas pleuré mais c’était sûrement parce que j’étais trop sous le choc. Puis j’ai appris que toutes les petites choses de la vie pouvait avoir une couleur, une odeur, quelque chose de désagréable pouvait devenir agréable vu d’une autre façon. Donc c’est un super livre qui comporte également une histoire d’amour légère (très frôlé aussi mais bon). La fin m’a foutu un frisson dans le dos, mais je l’ai d’autant plus apprécié qu’elle est très ouverte. Ce livre confirme ce que je pensais déjà : j’adore Jean-Claude Mourlevat (je l’avais découvert avec “l’enfant Océan” et j’en étais tombée amoureuse).

    par lasurvolte Le 06 avril 2012 à 21:26
  • 3/5

    Tous les ingrédients sont réunis pour faire un très bon roman jeunesse: chapitres courts mettant le lecteur en haleine, beaucoup de péripéties, une plongée dans le fantastique et dieu sait que les ados en sont friands, et enfin des personnages en accord avec leur époque et leur lectorat potentiel. L'idée de départ est bonne: Anne décide de libérer sa sœur Gabrielle retenue prisonnière dans un monde parallèle dont la particularité est de considérer tout ce qui est "made in Terre" profondément suspect et malvenu...Cependant le point d'achoppement, et cela ne vaut que pour moi, est venu dans certaines lourdeurs de style et des répétitions dans le récit. A force de vouloir "faire jeune", l'auteur frôle parfois la caricature ( à croire que la jeunesse n'existe plus sans ipod!), les considérations sur l'étrange monde dépourvu d'humanité reviennent inlassablement, comme s'il fallait insister lourdement alors que l'essentiel était dit lors du premier voyage d'Anne de l'"autre côté", enfin, j'ai eu l'impression que parfois le récit évoluait vers une impasse d'où la suppression limite "impromptue" d'un personnage essentiel de la première partie du roman. Et pourtant, j'ai lu le livre jusqu'à la fin, à la fois curieuse de connaître le dénouement de cette étrange aventure quand même bien ficelée dans son ensemble, et aussi pour saisir "le message" de Mourlevat, à savoir que notre société tellement bancale et injuste parfois aux yeux de nos ados en pleine période d'opposition, se révèle être un "monde parfait" où la liberté et les sentiments ne sont pas proscrits. Donc, une gentille lecture (vue par le lecteur adulte que je suis!) vivi

    par vivicroqueusedelivres Le 29 février 2012 à 06:05
  • 4/5

    En entrant dans ce livre préparer vous à entrer dans un monde où respirer n’existe pas, pas plus que les sentiments, les émotions. Tout est propre, rien ne dépasse, aucune odeur. Les habitants de ce monde meurent d’ennui (au sens propre!). Les gens ne pleurent pas, ils ne rient pas ils « cliquetent », ils ont une apparence parfaite, la nourriture n’a aucun goût… Autant de petites particularités disséminées partout dans le roman qui font qu’on vit l’aventure avec les protagonistes. L’univers imaginé par Jean-Claude Mourlevat est très riche et pleins de détails, ce qui fait qu’on se le représente très bien ! Dans ce monde, les Terriens sont une légende, un mythe, des parias. Certains y croient, d’autre non. Ce sont des êtres sales, qui pleurent, lisent des livres en papier (le papier est plein de microbes, par conséquent il n’existe pas là-bas). Et pourtant, certains Terriens découvrent Le Passage et arrivent dans ce monde qui leur est étranger. Durant la durée du livre on va en suivre deux : Anne et Etienne Virgil. Elle est une jeune fille intrépide, effrontée et courageuse, lui est un vieil homme, écrivain trouvant que son dernier roman est « nul ». Des éléments inattendus surviennent dans le récit ce qui nous déstabilise totalement, j’ai du poser mon livre à un moment tellement j’étais triste et choquée. Je ne sais pas comment vous décrire ce livre, il faut le lire pour le vivre, car c’est vraiment une histoire qu’on vit avec les héros. Seul point de regret, j’aurai aimé avoir plus de détails sur le gouvernement en place, ces « hommes puissants » qui sont assez souvent abordés mais jamais en détails et autrement que par ce nom. Mais bon, j’aime bien savoir la politique d’un monde quand il nous est complètement étranger, son fonctionnement, ses gouverneurs, le pourquoi du comment… En conclusion, un livre dont je garderai un très bon souvenir, un univers merveilleusement décrit et l’envie de découvrir Jean-Claude Mourlevat à travers un autre de ses livres !

    par Elinor Le 28 février 2012 à 15:38
Chargement des enrichissements...